Savoir conclure

Vous arrivez à la fin de votre discours ou de votre présentation. Vous avez fait le travail: votre plan tenait la route, vous avez surmonté le petit stress de la prise de parole en public, vous avez parlé avec conviction et la salle semblait réceptive. Mais vous sentez qu’il manque un petit quelque chose…Est-ce que je peux vraiment terminer comme ça?

Du coup, vous vous rabattez sur un usage maladroit des adverbes « j’étais vraiment très heureux/heureuse de vous parler » « c’est vraiment très important ». Et vous enchaînez probablement sur “voilà” voire sur un “bon bah voilà” accompagnant le slide le plus médiocre de toute la galaxie: “merci de votre attention”.

Car, au fond, il y a deux types de personnes: celles qui terminent leurs présentations par “voilà” et les autres. Les autres sont les plus rares. Et vous ne voulez pas être comme tout le monde. N’est-ce pas?

Les figures de style ne sont pas facultatives

Les figures de style, avec leurs noms alambiqués, sont en grande partie responsables de la mauvaise réputation de la rhétorique. Et il y a une bonne raison à cela: pendant des siècles, ce qui a été dit et écrit sur la rhétorique fut le monopole d’universitaires qui abordaient les figures de style comme on collectionne les papillons. Et pourtant, la première fonction des figures de style n’est pas de faire joli.

En rhétorique, les figures de style ont 2 fonctions:

  1. Capter l’attention.
  2. Hausser votre niveau d’énergie et celle du public

Capter l’attention

Si les figures de style permettent de capter l’attention, c’est parce qu’elles rompent la routine de l’usage quotidien du langage. Les figures de style reposent en effet sur des procédés de parallélisme et de répétition.

Voici deux figures de répétition:

Anaphore:

« Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! » (Charles de Gaulle, extrait du discours du 25 août 1944, à la suite de la libération de Paris)

Polysyndète:

« Notre voyage va être long et il va être difficile et il sera dangereux mais nous serons prêts et nous serons unis »

Et voici deux figures de parallélisme:

Symploque:

« On nous dit que la gauche n’a aucune chance mais rien n’est écrit. On nous dit qu’elle ne rassemblera jamais, qu’elle en est incapable, rien n’est écrit. On nous dit que l’extrême droite est qualifiée d’office pour le second tour, rien n’est écrit. » (Déclaration de candidature de Manuel Valls à Évry, 5 décembre 2016)

Anadiplose               

« La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance »

Personne ne parle comme ça dans une conversation. Et justement: quand vous utilisez la répétition et le parallélisme, votre public sent qu’il se passe quelque chose ce qui le rend attentif.

Hausser votre niveau d’énergie

Les figures de style peuvent être utilisées comme des tremplins à énergie. C’est en particulier le cas de l’anaphore. Vous sentez que le « Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! » de De Gaulle s’utilise dans un crescendo. Et si vous voulez que votre public se souvienne de vous et de votre présentation, vous devez lui faire vivre des choses.

C’est, d’ailleurs, le sens originel de l’expression « apprendre par cœur ». Les anciens étaient convaincus que le siège de la mémoire était le cœur. Ils avaient en effet remarqué qu’on retenait ce qui fait battre notre cœur. Cette intuition est aujourd’hui confirmée par la recherche contemporaine sur les rapports entre mémoire et émotions.

Ne terminez plus jamais votre présentation par voilà

On vous a sans doute déjà dit que la conclusion était la partie la plus importante de votre discours. C’est vrai. On vous a probablement également dit que l’introduction était la partie la plus importante de votre discours. C’est également vrai. Et je ne vous cache pas que le développement est également la partie la plus importante de votre discours. Pour cause: quand des gens vous font l’honneur de prendre sur leur temps pour vous écouter, vous devez viser l’excellence à chaque instant. Bien sûr, cela suppose d’avoir une idée de l’excellence.

Une conclusion est excellente quand elle accomplit deux choses: 1) Appeler à l’action; 2) Disposer à l’action.

Toute bonne prise de parole doit partir d’un problème et proposer une manière de le régler. J’ai bien dit TOUTE bonne brise de parole.

Du coup, vous aurez bien conclu si vous terminez en donnant à votre public une, deux ou trois actions qu’il peut accomplir en vue de résoudre le problème dont vous êtes parti. C’est ça l’objectif de votre conclusion: changer votre public en acteur de la résolution d’un problème.

Et pour disposer votre public à l’action, vous allez devoir augmenter son niveau d’énergie.

Bien sûr, vous pouvez laisser votre conclusion au petit bonheur la chance.

Bien sûr, vous pouvez mépriser les figures de style et leurs noms compliqués.

Mais vous pouvez aussi choisir l’efficacité et l’élégance.

Oui, le public à besoin d’un petit quelque chose à la fin de votre discours. Donnez lui avec style.

Si cet article vous a plu, ne ratez pas mes articles secrets! Pour les recevoir, rejoignez gratuitement mon cercle.


Articles similaires

Les théories du complot ... Les théories du complot sont un phénomène social viral à la fois passionnant et inquiétant. Passionnant car l’étude des théories du complot touche à des domaines aussi
Rhétorique ou Éloquence... Les concours d’éloquence font leur grand retour! Ça pourrait être une bonne nouvelle, mais… Sous l’impulsion de l’avocat Bertrand Périer, les arts oratoires sont de  retour sur
Apprendre la rhétorique:... Régulièrement, je travaille avec des groupes de jeunes. Ils sont habituellement habités par un profond sentiment d’injustice: « On ne veut pas de nous » « On nous discrimine »,  »
Le tout premier exercice ... Les Dissoi Logoi, apparus au V° siècle avant notre ère, sont les tous premiers exercices de rhétorique. Ils offrent un émouvant témoignage d’un changement de monde: le
Rhétorique et éloquence... Faîtes de l’excellence oratoire votre seconde nature Lieu: Paris XVI° (métro Ranelagh) Vous vous êtes exercé à manier les outils de base de la rhétorique. Vous avez
Qu’est-ce que le re... Le relativisme est un refus d’assumer un jugement moral. C’est aussi l’attitude par défaut de beaucoup d’européens aujourd’hui. Comment en sommes-nous arrivés là ? Que faut-il garder du
Les indispensables de l... Nous poursuivons notre découverte des indispensables de l’art rhétorique avec Comparative Rhetoric de George A. Kennedy (1998). De quoi parle le livre ? Cet ouvrage, riche et passionnant,
Le tact des mots: écrire... L’écriture et l’enseignement de l’histoire sur un sujet sensible demandent-ils un traitement rhétorique particulier? Peut-on parler de la guerre de Cent Ans, de la révolution industrielle, des
Un bel exemple de sophism...   Connaissez-vous l’argument « ad baculum » ? Il consiste à persuader un opposant de renoncer à une thèse en soulignant les conséquences fâcheuses auxquelles il s’exposerait
4 conseils pour mieux éc... À l’heure des réseaux sociaux, nous avons de multiples opportunités pour partager nos idées. Voici 4 conseils pour vous aider à écrire de façon plus réfléchie, plus