Les 5 commandements du style

Les idées ne nous appartiennent pas. Nous les partageons avec les autres spécialistes de notre discipline. Et ils sont nombreux.

Dans cette jungle de plumes et de bouches, comment être lu, écouté, regardé et choisi ?

En ayant une langue savoureuse.

Un ton obsédant.

Un style rayonnant.

1. N’aie pas peur

La peur est la principale responsable du vilain style.

La peur d’être mal compris alourdit notre langue,  que ce soit par le métadiscours (« j’aimerais vous parler aujourd’hui… ») ou par le recours aux adverbes («…d’un sujet vraiment très important »). 

La peur de choquer, de détonner, de déplaire nous mène au tiède et au consensuel.

N’aie pas peur.

 Affute ta langue.

Tranche tes opinions.

2. Ne cite pas

Envie d’agrémenter ton propos d’une citation inspirante ? Penses-y à deux fois. Quand on cite, derrière l’apparente humilité, derrière la gratitude affichée pour l’illustre prédécesseur, il y a un aveu de faiblesse. Nous admettons publiquement qu’un autre a été capable de formuler notre idée dans une langue plus riche, plus originale, plus belle que la nôtre. Tu as la capacité de faire mieux que le modèle. C’est une question d’exercice.

A chaque fois que tu cites, tu perds une opportunité d’exercer ton style.

3. Chasse tes zombies

Les zombies, ce sont ces mots sans cervelle qui grignotent la chair de notre langue. On attrape des zombies à force d’être exposé aux mêmes gens, aux mêmes discours, au même jargon. Dans mon domaine, je fuis les termes comme « impact », « présence », « posture », « écoute ». Je ne veux pas risquer d’envoyer du bois massif en mode « la singularité de l’expression renforce l’impact de la communication. »

Des zombies rodent également dans ton domaine, traques-les.

4. Ne dis pas, montre

À ce stade, nous avons vu trois commandements du style : ne pas avoir peur, ne pas citer, chasser les zombies. Il nous reste encore à en voir deux. Dans cette section, nous allons voir qu’il faut chercher à dire plutôt qu’à montrer. Nous terminerons par l’importance de nourrir notre écriture de la fréquentation des grands auteurs.

Qu’est-ce que tu en dis ? Tu as passé un bon moment ? Tu as pris du plaisir à lire ça ? Certainement pas : je me suis mis à dire plutôt qu’à monter. Tu vois la différence.

5. Nourris-toi des plus grands

Il y a eu des grands styles dans l’histoire : le gothique, le baroque, le classique, le romantisme, le réalisme… Quand tu regardes la manière dont tes contemporains écrivent et parlent, vois-tu un nouveau grand style émerger ? Pas moi. Le propre de la postmodernité, c’est précisément l’absence de style. Nous baignons dans un méli-mélo de bric et de broc. Les tendances naissent, enflamment la toile, s’éteignent aussi tôt. Si tu ne prends pas le soin de définir ton style et de le cultiver, il va tourbillonner comme un sac plastique dans un orage.

 Dans une civilisation du copié-collé, affirmer son style est un acte de résistance.

Je t’ai donc préparé une toute nouvelle formation pour enrichir ton écriture et de déployer ton style. Tu vas pratiquer différentes techniques d’écriture, définir ton style en te mesurant aux plus grands auteurs et bénéficier d’un diagnostic complet sur ce que tu peux améliorer.

Ça se passe ici.

À tout de suite !


Articles similaires

La dialectique Qui de Benalla ou des sénateurs a la plus grande…maîtrise de la dialectique? La dialectique, c’est l’art de poser et de répondre à des questions. Cet exercice,
Les preuves extra-techniq... Peut-on nier l’évidence? Non, mais on peut la dissiper. On analyse ensemble la stratégie rhétorique employée par Alexandre Benalla alors qu’il est confronté à la vidéo de
L’intelligence émo... Si on pense au temps perdu dans la tristesse, le remord ou le ressentiment, aux occasions manquées par peur ou par honte, aux risques qu’on prend quand
3 lectures pour stimuler ... Ce classement n’est pas subjectif. Il s’agit vraiment d’ouvrages à lire absolument si vous vous souciez de votre intelligence. Et oui, l’intelligence peut se mesurer de façon
Face au dogmatisme: l&rsq... Percevez-vous une tendance à la radicalisation des discours et des esprits ? Les exercices de rhétorique pourraient offrir des ressources pour inverser la tendance. Abordons de façon
Les bases de la formation... Aristote définissait la rhétorique comme une capacité à identifier, dans chaque situation, les sources de la persuasion. Concrètement, un rhétoricien bien entraîné est capable, plus rapidement que
Savoir conclure Vous arrivez à la fin de votre discours ou de votre présentation. Vous avez fait le travail: votre plan tenait la route, vous avez surmonté le petit
Ce qui manque aux europé... Vous sentez que l’Europe manque de vitalité ? Vous percevez une morosité, un cynisme qui empoisonne l’esprit et le cœur des européens ? Vous en venez parfois à penser
Le truc qui vous empêche... Persuader, c’est la capacité à déclencher une action par la parole. C’est donc la compétence clef si tu comptes mobiliser autour d’une cause qui te tient à
Rhétorique et éloquence... Faîtes de l’excellence oratoire votre seconde nature Lieu: Paris XVI° (métro Ranelagh) Vous vous êtes exercé à manier les outils de base de la rhétorique. Vous avez