Se préparer pour le dialogue interculturel: identifiez votre seuil de tolérance

Qu’est-ce qui vous énerve? Quels genres de personnes ou de discours vous insupporte, au point qu’il vous soit impossible de rester calme, de garder le contrôle ? En répondant à ces questions, vous êtes en bonne voie pour identifier votre seuil de tolérance.

À quoi ça sert ?

Apprivoiser votre seuil de tolérance est la clef pour apprendre le dialogue interculturel et, plus généralement, la clef pour apprendre à communiquer avec ceux qui ont des points de vue radicalement opposés au vôtre. De plus, en vous confrontant à votre seuil de tolérance, vous pourrez clarifier vos propres valeurs. Permettez-moi de partager mon seuil de tolérance avec vous.

Je l’atteins assez rapidement quand je pense aux terroristes. Ce n’est pas seulement que le fait qu’ils tuent, c’est le fait qu’ils tuent des gens au nom de dieu. Ça m’insupporte parce que je ne crois pas en dieu, ni en la vie après la mort. La valeur de la vie est si importante que je ne peux accepter que des gens, des gens stupides, bêtes, brutaux, moyenâgeux s’autorisent à prendre la vie de gens au nom d’une croyance infantile selon laquelle cela ferait plaisir à la super maman magique qui plane au-dessus de leurs têtes…Voilà, je m’emporte. Et au passage, j’ai probablement dit des choses blessantes pour certains d’entre vous. C’est pourquoi il est si utile d’exercer son seuil de tolérance.

La technique consiste à faire un travail d’introspection. Pensez au dernier moment, lors d’une conversion, en regardant les informations, un film, quoi que ce soit, où vous avez ressenti des émotions puissantes et désagréables. Essayez ensuite d’identifier précisément la source, le visage de ce qui vous met hors de vous. Qu’est-ce que cela vous apprend sur vos valeurs? Sur le genre de personnes avec qui vous avez des difficultés à communiquer?

Restez sur Rhetorical Craft, je vous donnerai des techniques et des exercices pour maîtriser ce seuil de tolérance, pour  rester lucide et efficace face à vos limites.

Articles similaires

Créer un mouvement Rhétorique: art de créer un mouvement
Une communication maîtri... « S’ils cherchent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher! ». Quelle est votre analyse rhétorique de cette séquence? Pour commencer, visionnez la séquence: S’agit-il d’une
L’intelligence émo... Peut-on maîtriser nos émotions ? Dans quel but ? La rhétorique répond sans ambiguïté à ces questions. Oui, la maîtrise des émotions s’apprend et l’on aurait tort
Un conseil pour ceux qui ... Il y a quelques semaines, j’ai sorti une vidéo où je dénonçais l’arnaque de la communication non-verbale. J’appuyais ma position sur trois arguments: L’idée selon laquelle une
Savoir conclure Vous arrivez à la fin de votre discours ou de votre présentation. Vous avez fait le travail: votre plan tenait la route, vous avez surmonté le petit
Prise de parole en public... Le 26 septembre 2017, le président Emmanuel Macron a délivré un grand discours sur l’Europe. C’était pas mal du tout. Voyons ce que l’on peut en tirer
Qu’est-ce que le re... Le relativisme est un refus d’assumer un jugement moral. C’est aussi l’attitude par défaut de beaucoup d’européens aujourd’hui. Comment en sommes-nous arrivés là ? Que faut-il garder du
Les bases de la formation... Aristote définissait la rhétorique comme une capacité à identifier, dans chaque situation, les sources de la persuasion. Concrètement, un rhétoricien bien entraîné est capable, plus rapidement que
Contribution au grand dé... Voici le compte-rendu de l’atelier du Grand Débat National que j’ai organisé dans le cadre d’une formation. Nous avons dédié la séance à deux sujets : 1)
Les preuves extra-techniq... Peut-on nier l’évidence? Non, mais on peut la dissiper. On analyse ensemble la stratégie rhétorique employée par Alexandre Benalla alors qu’il est confronté à la vidéo de

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *