Devenir démocrate: un exercice rhétorique

Partons d’une proposition radicale, au risque d’être imprudents : nous vivons en démocratie mais nous ne sommes pas démocrates. Nous bénéficions d’une liberté d’expression relativement bien garantie, nous avons un droit de regard sur les grandes questions ayant trait à la gestion de nos cités et, de temps à autre, nous avons même l’opportunité de porter au pouvoir ceux des représentants qui nous déplaisent le moins et de sanctionner ceux qui nous ont le plus déplu. Tout ceci ne fait pas de nous des démocrates.

La démocratie: un artisanat

Imaginons, pour l’exercice, que notre système change radicalement. Imaginons, par exemple, qu’une idée toute simple gagne du terrain : il n’existe pas d’être humain tellement meilleur qu’un autre. Partant, il deviendrait saugrenu de donner autant de pouvoir à une seule personne, de laisser à un individu, aussi méritant soit-il, le soin d’assumer le destin de centaines, de milliers, de millions d’individus. Alors, nos représentants, que nous aimons tant haïr, nous apparaîtront pour ce qu’ils sont : de petits hommes avec des responsabilités beaucoup trop grandes pour eux. Si cette idée gagne du terrain, nous pourrions avoir envie d’expérimenter une forme plus directe de démocratie et, à l’instar de nos lointains ancêtres, de nous emparer de la chose publique. Mais alors, c’est toute une gamme de compétences qu’il nous faudra (re)apprendre à apprivoiser.

Rhétorique et démocratie

Citons-en quelques-unes : être capable de construire un discours cohérent, calibré et de le délivrer distinctement et sans appréhension face à un vaste auditoire qui n’a, a priori, aucune raison d’être bien disposé à notre égard ; être capable d’engager, de maintenir, de restaurer un terrain d’entente avec des personnes qui pour des raisons culturelles, sociales ou ethniques se situent en dehors de notre cercle empathique ; être capable de supporter les émotions du désaccord, de garder les idées claires tout en perdant la face, d’accepter la contradiction sans y voir une fatalité ; être capable, au plus profond d’un dialogue de sourds qui s’envenime, de prendre le recul théorique nécessaire pour voir en l’autre non pas un ennemi, qu’il faudrait supprimer, mais un autre orateur, que l’on pourra au moins respecter, pour la beauté du geste.

Si vous vous voulez en savoir plus sur ces compétences démocratiques et sur les exercices pour les développer, je vous invite à parcours le dossier « Rhétorique et citoyenneté » que j’ai édité avec mon collègue Benoît Sans dans la revue Exercices de rhétorique.

Si vous voulez commencer à entraîner votre compétence démocratique, c’est par ici.

Articles similaires

Macron: on lui donne une ... Depuis trop longtemps, les professionnels de la politique occupent l’espace public avec des phrases vides et des idées creuses. Il est temps de leur donner une leçon.
4 étapes pour faire un d... La rhétorique est l’art de la persuasion. Concrètement, un discours est persuasif s’il produit un changement dans l’esprit des auditeurs : l’orateur aura réussi son travail si son
4 conseils pour mieux éc... À l’heure des réseaux sociaux, nous avons de multiples opportunités pour partager nos idées. Voici 4 conseils pour vous aider à écrire de façon plus réfléchie, plus
Qu’est-ce que le style? Qu’est-ce que le style ? C’est un je ne sais quoi, un petit plus, indescriptible, imperceptible presque…Non, je plaisante. Le style n’a rien de magique et nous allons
Un conseil pour ceux qui ... Il y a quelques semaines, j’ai sorti une vidéo où je dénonçais l’arnaque de la communication non-verbale. J’appuyais ma position sur trois arguments: L’idée selon laquelle une
L’esprit critique: ... N’ayons pas peur des mots : le manque d’esprit critique est une des plus grandes menaces sur la paix dans le monde. C’est, en effet, par manque d’esprit
Les 5 sources de la post-... La post-vérité est définie par le dictionnaire d’Oxford comme une ère où : « les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion
Ce petit truc qui ruine n... Savez-vous ce qu’est le clarisme? Je vous préviens: dès que vous le saurez, vous en verrez partout. Monsieur et Madame Je-Sais-Tout ont 7 milliards d’enfants Le clarisme
Contribution au grand dé... Voici le compte-rendu de l’atelier du Grand Débat National que j’ai organisé dans le cadre d’une formation. Nous avons dédié la séance à deux sujets : 1)
Les 5 commandements du st... Les idées ne nous appartiennent pas. Nous les partageons avec les autres spécialistes de notre discipline. Et ils sont nombreux. Dans cette jungle de plumes et de

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *