L’art de trouver le meilleur argument : un exercice de rhétorique

La rhétorique est l’art de produire des discours efficaces. Ainsi définie, la rhétorique attire généralement la suspicion : l’art des discours efficaces, cela évoque la manipulation, l’absence d’éthique et la langue de bois des professionnels de la politique. Il faut donc compléter la définition : la rhétorique est l’art de la pratique de la démocratie (sur le lien entre rhétorique et démocratie, c’est par ici et par là!). Je vous propose aujourd’hui un exercice de base de la formation rhétorique, pour développer votre capacité à trouver des arguments créatifs et efficaces. En termes rhétoriques, nous allons exercer votre logos.

Qu’est-ce que le logos ?

L’approche rhétorique prend en compte trois dimensions de la communication : le logos, l’ethos et le pathos. Le logos est le contenu du discours, l’ethos est la crédibilité de l’orateur et le pathos désigne la dimension affective de l’interaction. Les exercices de rhétorique permettent de développer une maîtrise de ces trois dimensions (par exemple, pour vous exercer à la maîtrise des émotions dans l’argumentation, c’est par ici).

S’exercer au logos c’est :

  • Développer une conscience la diversité des stratégies argumentatives disponibles dans une situation donnée
  • Développer une maîtrise de ces différentes stratégies
  • Développer un sens de la stratégie la plus appropriée à une situation donnée

Pour rendre cela concret, je vous propose une analogie sportive. Au football, lorsque l’ailier entre de la surface de réparation, deux choix s’offrent à lui : tenter la frappe ou tenter la passe décisive. Les footballeurs en herbe ne perçoivent pas encore l’intérêt de la passe. Le bon ailier maîtrise les deux gestes, à force de les avoir pratiqués à l’entraînement. Le grand ailier sait faire le bon choix entre la frappe et la passe, à force de s’être retrouvé dans la zone de vérité…Pour en arriver là, il faut un peu de talent, beaucoup de travail et de bons coachs. Votre entraînement commence maintenant.

Les lieux de la rhétorique

L’exercice que je vous propose s’appelle les lieux de la rhétorique. L’idée est que les situations argumentatives que vous allez rencontrer dans votre vie ne sont jamais si uniques qu’elles en ont l’air. En fait, elles ont tellement de points communs que les spécialistes de rhétorique ont élaboré des répertoires  d’arguments. Ces répertoires permettent, dans une situation donnée, de savoir convoquer rapidement des types d’arguments.

Voici l’énoncé de l’exercice. Prenez le temps de le lire attentivement :

Un père avait un fils. Quand il perdit la mère de l’enfant, il épousa une autre femme. Le père, sa femme et l’enfant vécurent heureux pendant un an, jusqu’à ce que l’enfant tombe gravement malade. Le docteur expliqua au père que son fils mourrait s’il buvait de l’eau froide. Le lendemain, lorsque le fils eu soif, sa belle-mère lui donna de l’eau froide. Le fils mourût, il avait alors 12 ans. La belle-mère est accusée d’empoisonnement par son mari. (Adapté de Quintilien, Petites Déclamations, 350. Si vous êtes intéressé par les secrets de fabrication des énoncés rhétoriques, c’est par ici. https://rhetorique.revues.org/404)

Maintenant, prenez une feuille, tracez deux colonnes et posez sur le papier autant d’arguments que possible pour les deux positions. Cela doit vous prendre dix bonnes minutes.

À présent, voici un outil pour vous aider à organiser vos arguments. Dans une situation du type controverse judiciaire, c’est-à-dire, lorsque vous devez porter un jugement sur les actes d’une personne, vous pouvez tirer vos arguments de trois lieux principaux : vous pouvez argumenter sur la définition des termes (de quoi parle-t-on?), sur les intentions (le mobile est-il vraisemblable ?) et sur les circonstances (l’affaire présente-t-elle des zones d’ombre exploitables?). Je vous propose maintenant de faire un second tableau, en cherchant à remplir les lieux de la définition, des intentions et des circonstances dans cette affaire.

Mon tableau ressemble à ça :

Lieux Accusation Défense
Définition Un poison est une substance qui, introduite dans l’organisme à dose suffisante, détruit ou altère les fonctions vitales. Cette définition correspond précisément à l’eau dans ce cas. Un poison est une substance qui, introduite dans l’organisme à dose suffisante, détruit ou altère les fonctions vitales. En aucun cas l’eau ne peut être considérée comme un poison.

 

Circonstances Dans une famille normale, et pour un enjeu aussi important, il est impensable que le père n’ait pas informé sa femme et son fils. La belle-mère a manifestement forcé son fils à boire de l’eau.

 

Le docteur a informé le père et ce dernier n’a manifestement ni informé sa femme, ni son fils. Si le fils était au courant du danger, il aurait refusé l’eau…À 12 ans, on n’est plus un enfant: on sait dire non et se défendre.

 

Intentions Les raisons qui peuvent pousser une femme à vouloir se séparer de son beau fils ne manquent pas. Le beau fils n’est-il pas la marque du premier mariage, de la première femme? Avec la maladie du fils, l’occasion était trop belle et la culpabilité de belle-mère ne fait aucun doute.

 

Nous savons que le père, la belle-mère et le fils vivaient heureux. Personne ne cherche à gâcher sa vie. Il est impensable que la belle-mère ait intentionnellement cherché a tuer son beau-fils: elle pouvait facilement concevoir qu’un tel acte l’enverrait immédiatement en prison.

 

En apprenant à maîtriser les lieux de la rhétorique, vous gagnerez en efficacité dans le processus d’invention et vous focaliserez votre créativité sur les arguments les plus pertinents.

Pour continuer l’entraînement

L’énoncé de cet exercice est de niveau débutant. Il s’agit d’un sujet peu sensible, dans le sens où il y a peu de risques que l’échange d’arguments ne vire au pugilat. Si vous voulez monter en difficulté, confrontez-vous maintenant à des sujets sensibles (par ici!).

Avant de passer à cette seconde étape, voici deux activités pour consolider vos acquis:

  • Vous êtes au supermarché, votre fils a pris un jouet dans le rayon et refuse de le remettre à sa place. Quelles sont les stratégies disponibles pour le convaincre le reposer?
  • Pouvez-vous identifier trois situations argumentatives que vous rencontrez régulièrement dans votre vie professionnelles ? Quelles stratégies utilisez-vous pour y faire face ? Quelles autres stratégies seraient disponibles ?

N’hésitez pas à partager de résultat de votre réflexion. Vous contribuerez ainsi aux progrès de la rhétorique et, donc, de la démocratie !

Un mot pour finir. Cet exercice ne concerne qu’un volet de la formation rhétorique, que l’on appelle l’invention : la recherche des arguments. Les autres volets sont la disposition (organiser un discours), le style (donner de l’impact au discours), la mémoire (pratiquer le discours pour ne pas avoir à utiliser des notes) et la performance (créer le meilleur contact possible avec l’auditoire). Vous aurez l’occasion de pratiquer tous ces canons sur Rhetorical Craft.

Articles similaires

Qu’est-ce que le re...
Le relativisme est un refus d’assumer un jugement moral. C’est aussi
Comment faire du bien ave...
Pratiquez l’épidictique ! Les discours épidictiques visent à créer
Qu’est-ce qu’...
Que ce soit au niveau de la nation, de l’entreprise
Les théories du complot ...
Les théories du complot
Pourquoi la rhétorique e...
La rhétorique évoque aujourd’hui une discipline
L’esprit critique: ...
N’ayons pas peur des mots : le manque d’esprit critique est
Se préparer pour le dial...
Qu’est-ce qui vous énerve?
Les indispensables (1): s...
L’ouvrage Dialogue de sourds (2008) de Marc Angenot
Qu’est-ce que le style?
Qu’est-ce que le style ? C’est un je ne sais quoi, un
Prise de parole en public...
Le 26 septembre 2017, le

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *