4 conseils pour mieux écrire

À l’heure des réseaux sociaux, nous avons de multiples opportunités pour partager nos idées.

Voici 4 conseils pour vous aider à écrire de façon plus réfléchie, plus claire et plus élégante.

1. Évitez le métadiscours!

Dans un premier temps de cette section, j’illustrerai le concept de métadiscours par un exemple. Dans un second temps, j’expliquerai en quoi il nuit au plaisir et à l’intérêt du lecteur. Je lui suggérerai, enfin, une alternative au métadiscours.

Ça vous a plu? Vous avez passé un bon moment? Je ne crois pas.

En effet, le métadiscours – le commentaire sur notre propre discours – est aussi pénible qu’il est inutile. Il s’agit d’un échafaudage qui concerne l’auteur, pas le lecteur.

Quand vous êtes avec un ami, vous ne lui dites pas: « Je suis sur le point de te dire qu’une mésange bleue vient de se poser sur une branche ». De même, ne dites pas: « Ce chapitre traite des facteurs contribuant au succès d’une publication sur les réseaux sociaux ». Dites plutôt: « Qu’est-ce qui fait le succès d’une publication sur les réseaux sociaux? »

2. Inspirez-vous des auteurs post-modernes…pour faire exactement l’inverse

Je viens de tomber sur la prose du professeur Judith Butler, spécialiste des études de genres. Régalez-vous:

 

« Le passage de la perspective structuraliste où le capital est censé structurer les relations sociales de façon relativement homogène à une perspective de l’hégémonie où les relations sont sujettes à la répétition, à la convergence et à la ré-articulation amène la question de la temporalité dans la pensée de la structure et constitue une rupture vis-à-vis de la théorie althusserienne qui prend les totalités structurelles comme des objets théoriques contingents. »

C’est vraiment, vraiment très mauvais.

Dès la seconde ligne, nous n’avons plus aucune idée de ce dont l’auteur veut parler. Elle est incapable de nous faire voir ce qu’elle a à l’esprit. Probablement parce qu’elle ne nous considère pas vraiment comme des interlocuteurs: soit nous comprenons la profondeur de sa pensée, soit nous ne valons pas grand chose.

Bien écrire, c’est au contraire:

1) Être motivé par la volonté d’engager la discussion avec notre lecteur.

2) Illustrer nos idées par des exemples concrets.1200px-Egypte_louvre_285_scribe

Dîtes-moi si c’est suffisamment clair 😉

3. Bannissez les guillemets de trouillards!

Les guillemets de trouillards sont par exemple ceux que les journalistes ne peuvent s’empêcher d’utiliser quand ils parlent des gilets jaunes. Ces guillemets signifient: « Je sais bien que la réalité est si diverse et si complexe que les mots que j’emploie ne sauraient lui rendre justice. J’espère n’avoir heurté la sensibilité de personne en posant ces mots sur le papier. Par pitié, ne me poursuivez pas… »

Apprendre à mieux écrire, c’est apprendre à assumer ce qu’on écrit. Dès lors, de deux choses l’une: soit on considère que les termes que l’on emploie sont suffisamment clairs, soit on en cherche de meilleurs. J’espère que ce « conseil » vous aura été « utile » 😄

4. Limitez l’usage des adverbes

Quand vous ajoutez un « très » ou un « vraiment », vous signalez votre manque de confiance dans la force de votre propos. Pire: vous l’émoussez.

Si je dis: « c’est un livre vraiment remarquable », j’inscris ce livre dans une échelle des livres remarquables, aux côtés des livres « plutôt remarquables » ou « vraiment très remarquables ». Du coup, où situer ce livre « vraiment remarquable »: 8/10, 9/10 😉?

5. Conclusion: s’exercer à écrire, c’est s’exercer à penser.

Je vous laisse avec une belle citation à méditer:

 

« Le grand poète n’est pas celui qui proclame: ‘les plus beaux vers sont ceux qu’on écrira jamais…’ Les plus beaux vers sont ceux qu’ont écrit les poètes les plus aptes à lutter avec le langage pour le réduire à l’obéissance. Le grand écrivain, un Balzac, un Dostoïevsky, triomphe de l’inexprimable non pas lorsqu’il le dénonce, mais lorsqu’il l’exprime. Le génie en intention, incapable de passer à l’acte, n’est qu’un rêveur qui cherche des alibis pour son inefficacité. »  (Georges Gusdorff, La Parole)

  • Pour me soutenir:

https://fr.tipeee.com/l-artisanat-rhetorique

Et si vous voulez travailler votre style oral, c’est par ici:

Prenez soin de vous, et de votre esprit!

 

Articles similaires

Les 3 principes de la com... Comme vous le savez, l’expertise de Rhetorical Craft est la communication sur les sujets sensibles et dans les situations difficiles. En voici une: trouver les mots justes
Un exercice rhétorique d... La plus grande menace sur l’intelligence de l’homme (et de la femme) moderne est probablement l’infobésité : nous sommes au courant de tout mais nous ne savons pratiquement
Penser l’Intelligen... On entend beaucoup de choses autour de l’intelligence artificielle. Régulièrement, des auteurs nous prédisent qu’elle va bouleverser nos vies et que, finalement, nous ne pouvons pas y
Un bel exemple de sophism...   Connaissez-vous l’argument « ad baculum » ? Il consiste à persuader un opposant de renoncer à une thèse en soulignant les conséquences fâcheuses auxquelles il s’exposerait
L’art de trouver le mei... La rhétorique est l’art de produire des discours efficaces. Ainsi définie, la rhétorique attire généralement la suspicion : l’art des discours efficaces, cela évoque la manipulation, l’absence
Apprendre la rhétorique:... Régulièrement, je travaille avec des groupes de jeunes. Ils sont habituellement habités par un profond sentiment d’injustice: « On ne veut pas de nous » « On nous discrimine »,  »
Ne confondez plus convain... Quelle est la différence entre convaincre et persuader? Voici la réponse que j’obtiens le plus souvent: “j’ai l’impression que persuader c’est un peu comme convaincre mais en
Les indispensables de l... Nous poursuivons notre découverte des indispensables de l’art rhétorique avec Comparative Rhetoric de George A. Kennedy (1998). De quoi parle le livre ? Cet ouvrage, riche et passionnant,
Défendre une cause Avant de chercher à persuader les autres, vous devez être vous-même habité du désir de changer quelque chose au monde. En rhétorique, tout commence donc par une belle
Devenir démocrate: un ex... Partons d’une proposition radicale, au risque d’être imprudents : nous vivons en démocratie mais nous ne sommes pas démocrates. Nous bénéficions d’une liberté d’expression relativement bien garantie, nous

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *