Ce petit truc qui ruine notre intelligence

Savez-vous ce qu’est le clarisme? Je vous préviens: dès que vous le saurez, vous en verrez partout.

Monsieur et Madame Je-Sais-Tout ont 7 milliards d’enfants

Le clarisme est un concept développé par le docteur en sciences sociales italien Diego Gambetta. Ce dernier s’intéressait aux difficultés que rencontrent les humains à avoir des discussions constructives: se mettre d’accord sur les termes du débat, argumenter, écouter les arguments de l’autre et, le cas échéant, admettre qu’on a besoin d’effectuer plus de recherches pour trancher.

Le problème est qu’il nous est à peu près aussi difficile de suspendre notre jugement que de rester en l’air quand on saute à pieds joints. Ce d’autant plus que les obstacles ne sont pas seulement cognitifs: ils sont aussi culturels. Le clarisme en est un.

Qu’est-ce que le clarisme? 

Le concept est forgé à partir de “claro !”, “bien sûr !” en espagnol, qui est l’expression typique de celui à qui on ne la fait pas et qu’il faudrait traduire par “je le savais déjà” ou “rien de ce que tu dis ne me surprend”. Un bon claro permet ainsi de rester à la surface des choses. Sur les réseaux sociaux, on le trouve souvent sous la forme des “c’est tellement vrai” que l’on va laisser sous un billet qu’on a juste pris le temps de survoler.

Dans mon travail de formateur, je suis régulièrement frappé par le décalage entre la confiance que les humains peuvent avoir en leur capacité à argumenter et leur manque de maîtrise des bases de la discipline (à savoir les tests de vérité et de validité).

Cette attitude limite notre motivation à apprendre, notre capacité à nous nourrir des discussions que nous avons avec les autres et, du coup, le développement de notre intelligence.

Apprendre à résister

La solution est d’apprendre à résister, d’apprendre à inhiber cette inclinaison naturelle à croire que l’on sait déjà. Voici un exercice de rhétorique peut vous y aider. Mais peut-être que vous savez déjà? 😉

Articles similaires

Devenir démocrate: un ex... Partons d’une proposition radicale, au risque d’être imprudents : nous vivons en démocratie mais nous ne sommes pas démocrates. Nous bénéficions d’une liberté d’expression relativement bien garantie, nous
Change de dimension: la n...
Contribution au grand dé... Voici le compte-rendu de l’atelier du Grand Débat National que j’ai organisé dans le cadre d’une formation. Nous avons dédié la séance à deux sujets : 1)
Faut-il censurer Houelleb... Il y a quelques mois, j’ai publié une critique de Sérotonine de Michel Houellebecq. Et puis je suis allé lire les commentaires… J’ai alors réalisé à quel
Prise de parole en public... Le 26 septembre 2017, le président Emmanuel Macron a délivré un grand discours sur l’Europe. C’était pas mal du tout. Voyons ce que l’on peut en tirer
Auriez-vous fait mieux qu... Auriez-vous fait mieux que Macron ? Cette semaine Macron répondait à un jeune chômeur que quand on veut vraiment trouver du travail, on en trouve. Il y
Protégé : L’atel... Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.
S’exercer à argume... La maîtrise de soi dans le désaccord est une compétence fondamentale pour le citoyen d’une société multiculturelle. Développer cette compétence suppose de pratiquer le désaccord sur des
Convaincre: impossible? Avons-nous vraiment le pouvoir de convaincre? On peut en douter, à la lecture de l’ouvrage « Dialogue de sourds ». L’auteur y développe un point de vue très sceptique
Les bases de la formation... Aristote définissait la rhétorique comme une capacité à identifier, dans chaque situation, les sources de la persuasion. Concrètement, un rhétoricien bien entraîné est capable, plus rapidement que