Se préparer pour le dialogue interculturel: identifiez votre seuil de tolérance

Qu’est-ce qui vous énerve? Quels genres de personnes ou de discours vous insupporte, au point qu’il vous soit impossible de rester calme, de garder le contrôle ? En répondant à ces questions, vous êtes en bonne voie pour identifier votre seuil de tolérance.

À quoi ça sert ?

Apprivoiser votre seuil de tolérance est la clef pour apprendre le dialogue interculturel et, plus généralement, la clef pour apprendre à communiquer avec ceux qui ont des points de vue radicalement opposés au vôtre. De plus, en vous confrontant à votre seuil de tolérance, vous pourrez clarifier vos propres valeurs. Permettez-moi de partager mon seuil de tolérance avec vous.

Je l’atteins assez rapidement quand je pense aux terroristes. Ce n’est pas seulement que le fait qu’ils tuent, c’est le fait qu’ils tuent des gens au nom de dieu. Ça m’insupporte parce que je ne crois pas en dieu, ni en la vie après la mort. La valeur de la vie est si importante que je ne peux accepter que des gens, des gens stupides, bêtes, brutaux, moyenâgeux s’autorisent à prendre la vie de gens au nom d’une croyance infantile selon laquelle cela ferait plaisir à la super maman magique qui plane au-dessus de leurs têtes…Voilà, je m’emporte. Et au passage, j’ai probablement dit des choses blessantes pour certains d’entre vous. C’est pourquoi il est si utile d’exercer son seuil de tolérance.

La technique consiste à faire un travail d’introspection. Pensez au dernier moment, lors d’une conversion, en regardant les informations, un film, quoi que ce soit, où vous avez ressenti des émotions puissantes et désagréables. Essayez ensuite d’identifier précisément la source, le visage de ce qui vous met hors de vous. Qu’est-ce que cela vous apprend sur vos valeurs? Sur le genre de personnes avec qui vous avez des difficultés à communiquer?

Restez sur Rhetorical Craft, je vous donnerai des techniques et des exercices pour maîtriser ce seuil de tolérance, pour  rester lucide et efficace face à vos limites.

Articles similaires

Comment faire du bien ave... Pratiquez l’épidictique ! Les discours épidictiques visent à créer un sentiment de fierté, de concorde et, plus généralement, à changer positivement l’humeur de l’auditoire. L’épidictique peut être pratiqué
4 étapes pour faire un d... La rhétorique est l’art de la persuasion. Concrètement, un discours est persuasif s’il produit un changement dans l’esprit des auditeurs : l’orateur aura réussi son travail si son
Pourquoi il ne faut jamai... Dans son discours du 19 septembre 2017 à l’assemblée générale des Nations Unies, le président Trump a alterné entre le bon et le trop mauvais pour que
Parler des différences c... Voici, pour commencer, la meilleure définition du stéréotype que je connaisse : Un stéréotype est un raccourci mental que l’on empreinte lorsqu’on essaie d’interpréter les actions et les
Questionner n’est p... Il est souvent difficile d’avoir des débats constructifs. À la première contradiction, la plupart de nos discussions tournent court. Et c’est bien dommage: alors que les différences
Macron: on lui donne une ... Depuis trop longtemps, les professionnels de la politique occupent l’espace public avec des phrases vides et des idées creuses. Il est temps de leur donner une leçon.
Change de dimension: la n...
Convaincre: impossible? Avons-nous vraiment le pouvoir de convaincre? On peut en douter, à la lecture de l’ouvrage “Dialogue de sourds”. L’auteur y développe un point de vue très sceptique
Prise de parole en public... Chaque année, le président de la commission européenne présente son discours sur l’état de l’Union. Année après année, ce discours offre une compilation de tout ce qu’il
Pourquoi la rhétorique e... La rhétorique évoque aujourd’hui une discipline poussiéreuse et littéraire. Pourtant, les outils de la rhétorique ouvrent la voie à une communication plus efficace, plus authentique, plus humaine.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *