Ne confondez plus convaincre et persuader

Quelle est la différence entre convaincre et persuader?

Voici la réponse que j’obtiens le plus souvent:

“j’ai l’impression que persuader c’est un peu comme convaincre mais en manipulant l’autre”.

C’est une fausse piste.

Je voudrais te montrer ici 2 choses:

-Il est aussi important de savoir convaincre que de savoir persuader.

-Les chemins pour apprendre à convaincre et pour apprendre à persuader n’ont rien à voir.

Avant de commencer, permets-moi une mise au point.

La manipulation est surcotée

Je sais qu’il y a une mode de mettre la manipulation à toutes les sauces. Tu as sans doute vu des descriptions de formations ou des articles du genre “apprendre à vendre sans manipuler”, “apprendre la persuasion sans manipuler”, “persuader avec éthique”…

Il faut redescendre deux minutes 🙂

Il est presque certain que les gens auxquels tu t’adresses sont tout aussi intelligents que toi. Nous ne sommes pas si manipulables que ça. Nous sommes des sujets, pas des objets. 

Si tu veux apprendre à convaincre et à persuader, ton objectif n’est donc pas de développer un super pouvoir. Il s’agit d’apprendre à faire du bon travail: parler et écrire en ayant une idée plus précise de ce que tu fais, étoffer ta boîte à outils, les utiliser consciemment et, autant que possible, trouver des moyens de mesurer tes réussites et tes échecs.

Convaincre VS Persuader, une bonne fois pour toute

La définition que je te propose est technique et non éthique:

Convaincre, c’est faire changer d’opinion.

Persuader, c’est pousser à l’action.

Partant de ça, tu vois qu’il peut être intéressant de s’exercer à faire les deux. Il peut-être utile de convaincre ton ami des ravages du suremballage. Il est tout aussi utile de le persuader de t’accompagner dans un magasin zéro emballage.

Tu dois aussi commencer à sentir que les champs du savoir que tu vas mobiliser, que les outils que tu vas utiliser et que les critères avec lesquels tu vas mesurer ton efficacité seront différents selon que tu cherches à convaincre et à persuader.

Concentrons-nous sur l’art de convaincre. 

Apprendre à convaincre

Si tu veux t’exercer à convaincre, le champs du savoir pertinent est celui de la logique informelle.

Ce champ comprend les règles que tu dois suivre pour élaborer des arguments valides à partir de prémisses vérifiables.

Là-dessus, pardonne-moi ma franchise: il est très probable que tu penses savoir argumenter alors que ce n’est pas le cas.

Il y a une bonne raison à cela: argumenter est une activité frustrante et contre-intuitive. Nous avons donc développé toute une série de mécanismes, bien documentés par la recherche en psychologie, pour esquiver l’effort nécessaire à mettre à l’épreuve nos idées.

Le champ de la logique informelle comprend également les règles sur lesquelles tu dois t’accorder avec ton interlocuteur pour avoir une vraie discussion.

Là encore: il est tout à fait possible de passer une vie à débattre sans jamais convaincre personne. Pour cause: en l’absence de règles de discussion nous trouverons toujours un moyen d’éviter de reconnaître que nous avons tort.

En outre, le seul moyen de savoir si nous avons convaincu l’autre est qu’il nous le dise. Cela suppose d’avoir créé un cadre propice à une vraie discussion.

En somme:

  1. Tu n’as aucune chance de convaincre quelqu’un qui ne veut pas jouer le jeu;
  2. Si quelqu’un veut jouer le jeu, tu dois savoir quelles règles de discussion lui proposer pour que ce soit productif;
  3. Si tu crées ainsi les conditions pour convaincre, tu dois enfin maîtriser la recette des bons arguments et les questions critiques pour les mettre à l’épreuve.

Cela fait pas mal de chose à apprendre. Mais le savoir est disponible, les outils sont fiables.

La vraie question est: est-ce que tu es prêt(e) à investir un peu de temps pour développer cette nouvelle compétence? Est-ce que, au-lieu de scroller les réseaux sociaux, tu ne pourrais pas passer dix minutes par-ci, ou 5 minutes par-là et t’exercer à manier des outils?

Sur mon blog et sur ma chaîne youtube, tu as déjà beaucoup de choses pour satisfaire ta soif de rhétorique. Mais, comme tu l’as sans doute déjà remarqué, on intègre vraiment que ce qu’on met en pratique.

Et il y a certains outils que je ne veux partager qu’avec celles et ceux qui sont vraiment motivés. J’ai donc créé un cercle secret: une avant-garde de la rhétorique avec laquelle je partage les techniques que je découvre au moment où je les découvre.

Si ça t’intéresse, c’est par ici.

D’ailleurs, je compte bientôt t’écrire. Parce que si apprendre à convaincre est motivant, apprendre à persuader l’est encore plus 🙂

Prends soin de toi.

Victor

Articles similaires

Apprendre la rhétorique:... Régulièrement, je travaille avec des groupes de jeunes. Ils sont habituellement habités par un profond sentiment d’injustice: “On ne veut pas de nous” “On nous discrimine”, ”
Comment faire du bien ave... Pratiquez l’épidictique ! Les discours épidictiques visent à créer un sentiment de fierté, de concorde et, plus généralement, à changer positivement l’humeur de l’auditoire. L’épidictique peut être pratiqué
3 lectures pour stimuler ... Ce classement n’est pas subjectif. Il s’agit vraiment d’ouvrages à lire absolument si vous vous souciez de votre intelligence. Et oui, l’intelligence peut se mesurer de façon
Comment appeler à l̵... La rhétorique, c’est l’art de mettre vos idées en discours et votre public en mouvement. On aborde aujourd’hui la partie la plus importante de vos discours: l’appel
Change de dimension
Qu’est-ce que le style? Qu’est-ce que le style ? C’est un je ne sais quoi, un petit plus, indescriptible, imperceptible presque…Non, je plaisante. Le style n’a rien de magique et nous allons
Savoir conclure Vous arrivez à la fin de votre discours ou de votre présentation. Vous avez fait le travail: votre plan tenait la route, vous avez surmonté le petit
Prise de parole en public... Le 26 septembre 2017, le président Emmanuel Macron a délivré un grand discours sur l’Europe. C’était pas mal du tout. Voyons ce que l’on peut en tirer
Raconter des histoires: l... Pourquoi racontons-nous des histoires ?  Les histoires que nous racontons ont deux fonctions principales : donner du sens et créer des liens. Donner du sens C’est grâce aux histoires
L’intelligence émo... Si on pense au temps perdu dans la tristesse, le remord ou le ressentiment, aux occasions manquées par peur ou par honte, aux risques qu’on prend quand